Les CGPI sur Twitter (V2)

Pour cette V2 de notre étude, nous nous sommes de nouveau intéressés à la présence des conseillers en gestion de patrimoine (CGP et CGPI) sur Twitter. Combien sont-ils ? Quel est le volume de leurs publications ? Quels sont les Hashtags utilisés ? Les comptes à suivre… Nous vous proposons donc une nouvelle infographie sur ce thème.

Vous êtes CGP, une société de gestion, un institutionnel ou une banque privée et vous souhaitez développer votre présence sur les réseaux sociaux ? Contactez nous !

Les CGPI sur Twitter V2

On ne le répétera jamais assez, les réseaux sociaux font aujourd’hui partie intégrante de la communication en ligne des entreprises. Les sociétés de toutes tailles et de tous les secteurs s’y mettent d’ailleurs avec leurs objectifs et leurs moyens mais un secteur résiste encore et toujours à l’envahisseur : la finance. Alors quels sont les freins et les blocages ? Pourquoi ce secteur pourtant à la pointe sur de nombreux domaines peine à profiter pleinement de ces nouveaux outils ?

Nous vous proposons un tour d’horizon des idées reçues que nous avons pu entendre ici et là et d’y apporter quelques éléments de réponse.

C’est une mode, ça passera

Faux. Si les acteurs peuvent changer, les pratiques restent et l’utilisation des réseaux sociaux a de beaux jours devant elle.
Parce que les réseaux sociaux viennent naturellement compléter la communication corporate des sites internet en proposant des services innovants et adaptés à chaque besoin. Parce qu’ils sont de plus en plus intégrés nativement dans les fonctionnalités des smartphones. Parce que leurs utilisateurs sont chaque jour plus nombreux n’en doutez plus : les réseaux sociaux ne sont plus une mode !

Les réseaux sociaux, on peut s’en passer

Faux. Si certains ont eu des réflexes similaires avec les sites internet et le téléphone sans fil dans un premier temps, nul doute que les réseaux sociaux en tant que vecteur de communication et de pratique sur le net s’inscrivent dans le présent et le futur de la communication.
Comme outil de veille environnementale, pour diffuser les actualités de son entreprise, faire la promotion de ses produits ou tout simplement pour y être référencé. Ce dernier point a d’ailleurs été soulevé dans une récente étude qui tend à prouver que les réseaux sociaux agissent de plus en plus comme des moteurs de recherche venant même concurrencer le sacro-saint Google sur son propre terrain. Et que ne pas y être revient à laisser la porte grande ouverte à vos concurrents.

Une fois dessus, les données ne nous appartiennent plus

Vrai et faux. Il y a effectivement eu quelques couacs légaux et tentatives de récupération des données un peu maladroits, mais globalement les réseaux sociaux sont des outils sérieux et ne sont pas plus fragiles sur ce point que votre fournisseur d’accès internet, l’hébergeur de votre site ou votre fournisseur de fontaine à eau. La France est par ailleurs relativement bien protégée par la CNIL et certains organismes Européens qui veillent au grain et limitent la casse.
Certaines bonnes pratiques peuvent également vous prémunir contre les risques liés à cette pratique.

Les réseaux sociaux ne sont pas adaptés à l’image de mon entreprise

Faux. Même si votre entreprise bénéficie d’une certaine image d’excellence et de qualité, elle trouvera sa place sur les réseaux sociaux sans en être dégradée. De nombreuses marques de luxe et services de standing y ont adapté leurs messages et rencontré un réel succès. Soyez-en sûr, les réseaux ne dégraderont pas votre image si vous y appliquez les mêmes recettes qui ont fait votre succès sur d’autres supports. Bien au contraire.

Ma clientèle est plutôt âgée et n’utilise pas ces outils

Faux. Les seniors constituent même la tranche d’âge qui a la plus forte progression… Fin 2012 ils étaient 53% des 50/64 ans à utiliser les réseaux sociaux régulièrement, un chiffre en progression constante.

Le retour sur investissement est faible

Faux. Même si il est toujours difficile de chiffrer précisément le R.O.I de sa présence sur les réseaux sociaux, nul doute que le rapport investissement/rentabilité est a l’avantage de cette démarche. Parce qu’il est beaucoup moins couteux de faire créer et animer son compte Twitter ou LinkedIn que d’acheter une pleine page ou un bandeau animé dans un magazine spécialisé.
Parce qu’il suffit bien souvent d’une collecte ou d’une vente en Duflot pour amortir toute une année de campagne sur les réseaux…

Ma cible n’est pas sur les réseaux

Faux. Les journalistes financiers et patrimoniaux y sont très présents. Les chefs d’entreprises et professions libérales également. Sur des réseaux comme LinkedIn, les CSP + (voir ++) y sont sur-représentées et il y existe de très nombreux groupes de discussions tournés vers la finance.
En réalité, il ne manque plus que vous. Alors qu’attendez vous ?

Vous souhaitez implanter votre entreprise sur les réseaux sociaux et y développer votre activité ? Contactez nous !

Source et bibliographie : ZD Net : « Les réseaux sociaux, 2ème de la recherche du net » http://bit.ly/11QorUI
Le point : « Les réseaux sociaux… les seniors adorent » http://bit.ly/11QolMA
Les livres blancs : « Les médias sociaux, pour quel retour sur investissement ? » http://bit.ly/12Dlq3L


Recevoir notre newsletter